Il part d'un constat:

  • Une volonté réelle et concrète des services existants d'apporter des solutions.

  • Un manque de places et des suivis fragmentés, laissant encore trop de temps inoccupés dans la semaine (temps à la charge des familles).

...Et d'une envie:

  • Travailler dans le sens de l'inclusion des enfants, adolescents et adultes en situation de handicap.

Puis d'une réflexion en lien avec nos expériences personnelles:

  • Les besoins sont nombreux et hétérogènes.

  • Ils concernent de façon égale les personnes en situation de handicap et leurs aidants.

  • L'autisme est certes une priorité nationale mais nous faisons le choix d'ouvrir à toutes les formes de handicap psychique et/ou mental. 

  • Pour travailler à une cohésion sociale qui soit efficace, solidaire et porteuse de projet, il nous parait nécessaire d'axer nos interventions non seulement sur la prise en charge éducative de la personne  en situation de handicap  mais également sur l'environnement et la société qui l'entoure.

Le champ d'action doit répondre aux vides momentanés des différentes réponses existantes en se posant les quatre questions suivantes:

  • Comment accompagner les familles en luttant contre la fatigue, le désarroi et l'isolement?

​​

  • Comment, dans la perspective du court terme, aider la personne en situation de handicap à acquérir de nouvelles compétences ?

 

  • Comment, dans la perspective du long terme, travailler auprès de la personne en situation de handicap à l'autonomie quotidienne, à la participation active à la vie sociale, à la recherche et au maintien d’un emploi, à la citoyenneté ?

 

  • Comment tisser du lien social en développant des partenariats autour de la construction d'une société inclusive ?